En-commun

L’en-commun, comme réponse à la crise de civilisation planétaire, une nouvelle forme d’universalité qui non seulement respecte les différences mais les valorise, les « agence » se fonde sur elles et se bâtit à partir d’elles.
Nous avons donc amorcé, ensemble avec le centre d’art Kër Thiossane, la refléxion à propos des biens communs plutôt en termes de ce qui constitue l’en-commun. Cet espace fluide et intangible d’horizontalité qui est toujours à construire et reconstruire. Dans cet espèce de rendez-vous du donner et du recevoir dont parlait Senghor, nous avons cherché à faciliter des cadres de partage à partir desquels activer la discussion et l’auto-analyse de l’état de lieux du commun. Sans un but sciéntifique précis, mais à partir de l’envie de mise en commun des perceptions parfois non-organisées de ce qui est entre nous et parmi nous, nous nous sommes retrouvés dans un processus de construction d’institutions du commun
Petit Déjeuner en Commun “Nos Mamans, des Valeurs en partage” – samedi 9 mars – Kër Thiossane
Dans le cadre de nos petits déjeuners, nous avons invité nos voisines et voisins du quartier de Sicap Liberté 2 à partager des biscuits, du kinkéliba et du café pour discuter à propos de celles qui nous ont appris comment vivre ensemble, que ce soit au foyer, au quartier ou dans le monde tout court.
Les mères, sources des soins et des gestes intimes qui nous aident à avancer, raconteuses des histoires qui guident notre mémoire et notre imaginaire. Les femmes, chefs d’entreprise au marché, chercheuses à l’école, travailleuses au travail et au foyer. Les mères, les femmes.
Avec la modération et la facilitation de Maty Ndiaye Sy, de Coumba Sarr et de la sociologue Fatou Sow, nous avons tenté de réfléchir ensemble, de croiser nos regards, afin d’identifier cette sagesse invisible et « invisibilisée » des mères pour la mettre au service des femmes et de leur leadership.

Jusqu’où tu es chez toi ?
Petit Déjeuner en Commun à Kédougo, février 2013
Dans le cadre de la Nuit des étoiles, festival culturel organisé par le Centre Multimédia Communautaire de Kédougou, l’organisation française Culture Ailleurs, et Kër Thiossane, nous avons cherché à enquêter sur les questions liées à la gestion des ressources naturelles dans une région forntalière riche en or et minérales, ainsi que des questions liées à l’appartenance et à la construction de communautés de vie.


“Responsabilité de la création artistique dans la construction de l’en-commun”
Débat le 13 mai 2012 à Ker Thiossane
dans le cadre du festival “AFROPIXEL # 3 Création, Cultures et Savoirs en Commun”

Intervenants : Achille Mbembe, Simon Njami, Kan-Si, Ken-Bugul, Thiat du collectif Y’en a marre, Felwine Sarr. Facilitateur : Ibrahima Wane
Les biens communs n’existent qu’inscrits dans une communauté consciente de sa situation et qui a la volonté d’agir par elle- même. C’est dans ce sens que les artistes peuvent être les premiers interpellés, avec la charge de répondre à la nécessité d’activer ou de bâtir des récits capables de redonner du sens au fait de vivre ensemble.
Un débat en commun, lors du festival Afropixel, afin de réfléchir avec des intellectuels et des artistes du continent sur le rôle de la création artistique dans la construction des communautés et sur la manière dont cette capacité peut être partagée auprès du plus grand monde.

« Il y a un cycle nouveau de lutte internationale qui a lieu à peu près partout dans le monde, et qui porte précisément autour de la question de la démocratie. Des luttes qui reformulent la question de la démocratie en termes du Commun, de ce qui met ensemble des parts qu’autrement on aurait considéré comme étant séparées. A une époque où l’orthodoxie que l’on s’efforce de nous imposer c’est la norme du privé, de l’individu, vivre ensemble est la question centrale de notre temps » Achille Mbembe.

2 respuestas a En-commun

  1. Pingback: Els sotasignants | Nativa

  2. Pingback: Los abajo firmantes | Nativa

Para comentar debe estar registrado.